• Image of Phillipe Maté / Jef Gilson - Workshop (FFL075)

First ever LP reissue
Carefully remastered from the master tapes
Heavyweight 180 gr. LP
425 gsm brownboard outer sleeve
Licensed from Palm / Geneviève Quievreux

Made up of two long improvisations each of over 22mn, “L'Œil” on side A and “Vision” on side B, this “Workshop” by Jef Gilson, with the gifted young saxophonist Philippe Maté, plunges you into the depths, attempting to drown you in electronic waves, dragging you back to the surface by the collar, giving you a good shakedown, before showing you the light, leaving you breathless on the shore after 46mn of the most intense music French has to offer.

In October 1974, the first number of “L'Indépendant du Jazz”, a small self-produced magazine DIY -before punk supposedly invented the concept- was launched by Jef Gilson, Gérard Terronès, Jean-Jacques Pussiau and a few other specialists of a different kind of jazz in France, it looked at the already long career of Jef Gilson and in detail at the album with saxophonist Philippe Maté :
“The ‘Workshop’ is, with Philippe Maté (alto-sax), an undeniable success. Maté is genuinely ‘the’ most inventive French saxophonist since Michel Portal burst onto the jazz scene (who has also worked with Jef Gilson on both “Enfin” and “Gaveau”).”

Even though the author of the article is a mysterious I.H. Dubiniou, and it is difficult to know if it is a real person or a pseudonym used by one of the merry bunch, it is also tempting to hear it as what Jef Gilson really thought about his new discovery. Even more so as the two men would work together over a long period, as Maté became one of the key figures of Gilson’s Europamerica orchestra up until the 1980s.

Philippe Maté had started to make a name for himself with the Acting Trio when they released an album on the BYG label in 1969, and he was also one of the regular sidemen for the Saravah studios (he can notably be heard on albums by Higelin, Fontaine or his cult duo album with Daniel Vallancien).

The album was recorded on 4 February 1972, at the Foyer de Montorgueuil, where Gilson had set up his studio, with more or less the same team found on “La Marche Dans Le Désert” by Sahib Shihab + Gilson Unit (recorded ten days later). This was drummer Jean-Claude Pourtier and pianist Pierre Moret (regular Gilson accomplices since “Le Massacre Du Printemps”), alongside Maurice Bouhana and Bruno Di Gioa on various percussions and/or wind instruments. On bass is Didier Levallet, of the now mythical Perception, (Jean-François Catoire would replace him with Shihab) and Philippe Maté who took top billing, rather than the American saxophonist afterwards. The two albums are however quite different. This “Workshop” is more abrasive, more free. Made up of two long improvisations each of over 22mn, “L'Œil” on side A and “Vision” on side B (Gilson specialists would recognise the nod to one of his albums from the 60s), the album plunges you into the depths, attempting to drown you in electronic waves, dragging you back to the surface by the collar, giving you a good shakedown, before showing you the light, leaving you breathless on the shore after 46mn of the most intense music French has to offer.

“An undeniable success”, they said.

*

En Octobre 1974, le premier numéro de « L'Indépendant du Jazz », un petit magazine DIY -avant même que les punks n'inventent le concept- lancé par Jef Gilson, Gérard Terronès, Jean-Jacques Pussiau et quelques autres irréductibles d'un jazz différent en France, revenait sur la déjà longue carrière de Jef Gilson et s'arrêtait ainsi sur ce disque avec le saxophoniste Philippe Maté :

« Le « Workshop » est, avec Philippe Maté (alto-sax), une incontestable réussite. Maté est vraiment « le » saxophoniste français le plus inventif depuis l'apparition sur la scène jazz de Michel Portal (qui a aussi travaillé avec Jef Gilson dans « Enfin » et « Gaveau »). »

Même si le papier est signé par un mystérieux I.H. Dubiniou, dont il est difficile aujourd'hui de savoir s'il était une vraie personne ou un pseudonyme d'un des gais lurons de la bande, il est tentant d'y entendre ce que pensait réellement Jef Gilson de son nouveau poulain. D'autant plus que les deux hommes travailleront longtemps ensemble, Maté devenant l'une des figures incontournables de l'orchestre Europamerica de Gilson jusqu'au début des années 80.

Philippe Maté avait déjà fait parler de lui avec l'Acting Trio en sortant un disque chez BYG en 1969, puis il sera l'une des petites mains récurrentes des studios Saravah (on l'entend notamment sur des albums de Higelin, Fontaine ou sur son cultissime disque en duo avec Daniel Vallancien).

Le disque est enregistré le 4 février 1972, au Foyer de Montorgueuil, là où Gilson avait installé son studio, avec peu ou prou la même équipe qu'on trouvera sur « La Marche Dans Le Désert » de Sahib Shihab + Gilson Unit (enregistré une dizaine de jours plus tard). À savoir le batteur Jean-Claude Pourtier et le pianiste Pierre Moret (complices attitrés de la période free de Gilson depuis « Le Massacre Du Printemps »), ainsi que Maurice Bouhana et Bruno Di Gioa pour diverses percussions et/ou instruments à vent. C'est Didier Levallet, du désormais mythique Perception, qui prend la contrebasse (Jean-François Catoire le remplacera avec Shihab) et Philippe Maté qui chauffait donc le haut de l'affiche, à la place du saxophoniste américain. Les deux disques sont pourtant assez différents. Ce « Workshop » est plus abrasif, plus free. Constitué de deux longues improvisations de plus de 22mn chacune, « L'Œil » en face A et « Vision » en face B (les thuriféraires de Gilson reconnaîtront le clin d'oeil à l'un des ses albums des 60s), le disque vous entraîne par le fond, tente de vous noyer sous des ondes électriques, vous ressort à la surface par le colbac, vous secoue dans tous les sens, vous fait voir au passage la lumière, et vous laisse tout pantelant sur le carreau après 46mn parmi les plus intenses que le jazz français a pu vous offrir.

« Une incontestable réussite », qu'ils ont dit.

Jérôme « Kalcha » Simonneau

.33rpm.

©2022 SouffleContinu Records

-
If you want registered shipping,
please contact us at:
contact@soufflecontinu.com
We can’t guarantee delivery or refund without registered shipping. Sorry about that.